mercredi 17 janvier 2018

" LA JUSTE ROUTE " : COMMENT LES SURVIVANTS DE LA SHOAH SONT RENTRÉS CHEZ EUX...B.A.


Ce bouleversant film hongrois raconte le retour, en 1945, de deux juifs rescapés dans leur village. A voir absolument.

Août 1945. Une petite gare de la campagne hongroise, où patrouillent des soldats soviétiques. D'un train qu'on dirait de marchandises, dont le bruit de ferraille concassée évoque les pires cauchemars, descendent deux juifs orthodoxes, vêtus de noir.

Le père porte un chapeau et son fils, une casquette. En guise de bagages, deux grosses malles qu'un paysan magyar hisse sur son tombereau. A pas lents, l'attelage part pour le village.

Derrière, le père et son fils marchent en silence, la tête haute. Une longue procession funéraire au milieu des champs d'après-guerre qu'on moissonne sous un soleil brûlant. Pendant ce temps, c'est la panique au village, où l'avantageux maire s'apprête à marier son fils.

Portée à vélo par le chef de gare, la rumeur annonce en effet qu'«ils» sont revenus. «Ils», ce sont les survivants de la Shoah que les habitants, à commencer par le maire, ont spoliés de leurs biens et dont ils occupent sans scrupules ni remords les maisons.

Au-delà de la vengeance

S'«ils» sont là, c'est évidemment pour reprendre ce qu'on leur a volé et qu'on ne compte pas leur restituer. La petite population se barricade, s'invente de faux actes de propriété et, transformant sa culpabilité en morgue, se prépare à bouter les revenants, ces fantômes.

Mais, stupéfaction, les deux juifs traversent le village sans s'arrêter. Ils ne réclament rien. Ils sont bien au-delà de la vengeance, de la revendication, de la haine et même du mépris. Ils vont au cimetière. «Qui enterrez-vous?» , leur demande le maire suspicieux. «Ce qu'il reste de nos morts», répond le vieil homme au regard clair et à la barbe blanche.

Ce film en noir et blanc, dont la lumière d'ordalie rappelle l'admirable «Ida» de Pawlikowski, s'appelle «la Juste Route». Il est signé d'un Hongrois de 46 ans, Ferenc Török, et inspiré d'une nouvelle de Gabor T. Szanto.

On en sort bouleversé, et même commotionné. Cela tient à la beauté cruelle de l'image, à l'impressionnante interprétation des deux rescapés que fige la douleur, et à la représentation moderne d'une tragédie antique, où les vivants rampent tandis que les survivants s'élèvent. Voyez ce film, et faites passer, s'il vous plaît.

En août 1945, au cœur de la Hongrie, un village s’apprête à célébrer le mariage du fils du notaire tandis que deux juifs orthodoxes arrivent, chargés de lourdes caisses. Un bruit circule qu’ils sont les héritiers de déportés et que d’autres, plus nombreux peuvent revenir réclamer leurs biens. Leur arrivée questionne la responsabilité de certains et bouleverse le destin des jeunes mariés.

Jérôme Garcin
La Juste route, par Ferenc Török
Drame hongrois avec Péter Rudolf, Bencé Tasnadi

Toronto: Une écolière musulmane soutenue par Trudeau a inventé son agression pour accuser le Canada d’islamophobie...


Khawlah Noman, une écolière de Toronto, âgée de 11 ans, a raconté vendredi avoir été attaquée par un homme qui aurait découpé des parties de son hijab à l’aide de ciseaux.

Cet incident, disait-elle, l’avait terrifiée et désorientée. La Police de Toronto a mené son enquête et conclut lundi que cet incident ne s’est jamais produit.
Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.
La jeune Khawlah Noman soutenait qu’en se rendant à l’école publique Pauline Johnson, à Scarborough (est de Toronto) le vendredi matin 12 janvier, avec son frère cadet, Mohammad Zakarijja, un homme qui les suivait avait baissé le capuchon de son manteau et avait commencé à couper le bas de son hidjab.
Elle avait raconté que l’agresseur avait pris la fuite, mais qu’il était revenu un peu plus tard et avait recommencé son manège. La jeune fille soutenait que l’agresseur lui avait souri avant de s’enfuir.
«C’est terrible. Je n’aime pas cela, avait-elle déclaré lors d’une conférence de presse qui s’était déroulée à son école quelques heures après l’incident. J’étais confuse, apeurée, terrifiée.»
Elle disait avoir peur de marcher vers l’école. L’appui de son école et de sa famille l’avait consolée.
«Ce que vous faites, c’est vraiment mal. Vous ne devez pas agir comme cela. De plus, je ne suis qu’une enfant», avait-elle dit en s’adressant à son agresseur.
Khawlah, qui avait emprunté le voile d’une amie, a indiqué que son vêtement bleu pâle avait été découpé sur une longueur de 30 centimètres.
Alertée par la direction de l’école vers 9 h 15, la police disait être à la recherche d’un suspect âgé de la vingtaine.
La mère de la fillette ne décolérait pas. Elle s’est toutefois dite soulagée que son enfant n’ait pas été physiquement blessée au cours de l’agression. «Je ne sais pas pourquoi il a fait cela, avait commenté Saima Samad. Je me sens en sûreté dans ce quartier, mais (cet individu) doit se faire soigner».
Le Premier ministre Trudeau avait aussitôt condamné l’agression :
«Je ne peux pas m’imaginer jusqu’à quel point elle a eu peur, a-t-il dit. Je veux que sa famille, ses amis, sa communauté et elle sachent que cela ne représente pas le Canada. Cet individu ne représente pas ce que sont les Canadiens.»
Il ne savait pas si bien dire.
Finalement, la Police de Toronto qui s’était mise en frais de rechercher un suspect et disait considérer l’affaire comme un crime haineux, a conclu que les allégations n’étaient pas fondées, et a annoncé que son enquête est close. Aucune accusation ne sera par ailleurs portée contre la jeune fille.
Le chroniqueur du Toronto Sun, Anthony Furey, trouve cela un peu court.
Il décrit dans sa chronique du 15 janvier comment les médias se sont emparés de cette histoire troublante alors que des équipes de tournage se sont précipitées à son école de Scarborough pour une conférence de presse, plusieurs heures après la soi-disant attaque.
Lors de la conférence de presse, Noman était flanqué de son jeune frère, témoin de l’acte méprisable, et de sa mère– qui était en larmes.
Les réactions publiques sont tombées comme un déluge. Le maire de Toronto, John Tory, la Première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, le Premier ministre Justin Trudeau, tous ont publié des déclarations.
Même le Toronto Sun a présenté l’histoire en première page.
Lundi 15 janvier, la police de Toronto a émis la brève déclaration suivante : «Après une enquête détaillée, la police a déterminé que les événements décrits ne se sont pas produits notre enquête est terminée.»
Donc c’était un canular. (…) Le soutien public que cette fille a reçu montre que les Canadiens sont des gens compatissants. Ils prennent au sérieux les allégations de ce type d’intolérance. Pourtant, on a abusé de leur générosité.
Selon Furey, il reste trop de questions pour que les policiers en restent là.
En août dernier, la police avait envisagé d’inculper un homme de la région de Durham pour l’avoir induite en erreur au sujet d’une fausse plainte portée contre un «islamophobe».
L’article 140 du Code criminel couvre les méfaits publics. Il dit que «faire une fausse déclaration qui accuse une autre personne d’avoir commis une offense» pourrait valoir jusqu’à cinq ans de prison. Ils ont même arrêté un SDF, pour découvrir plus tard que l’histoire du plaignant ne tenait pas la route.
Khawlah Noman est âgé de 11 ans et donc ne sera pas inculpée.
Mais qu’est-ce que sa mère savait ? En visionnant à nouveau la déclaration vidéo de la jeune fille, on voit qu’elle était bien préparée.
On doit donc se demander : a-t-elle été «coachée» ?
«Note émouvante : une amie lui a donné un autre hijab à porter», a tweeté Ali Chiasson, journaliste de la CBC, lors de la conférence de presse. «Celui qu’elle portait est retenu comme preuve par la police.»
Que signifie cette «preuve» maintenant ? Est-ce que quelqu’un a fabriqué des preuves ? Cela ne fait qu’empirer le problème.
Le triste résultat de cette histoire est que des Canadiens décents et justes, qui ont été émus par cette jeune fille, verront la prochaine attaque avec méfiance. Et cette fois, ce pourrait être vrai.
La famille, la police et la commission scolaire nous doivent des explications. Et Khawlah Noman et sa famille doivent des excuses au Canada.
Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

🔴 Des menaces contre la communauté juive de La Varenne-Saint-Hilaire : “Après Créteil, c’est vous bande de bâtards qui allez brûler”


Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) a révélé dimanche l’existence de menaces contre la communauté juive de La Varenne-Saint-Hilaire (Val-de-Marne).
“Le BNVCA dénonce et condamne la nouvelle menace antisémite découverte ce dimanche matin du 14/1/18, par les dirigeants de la communauté juive de La Varenne Saint-Hilaire. Le Président de cette synagogue nous a transmis le courrier anonyme découvert dans la boite aux lettres, expédié le 10 janvier 2018 et adressé au Centre Communautaire La Varenne Sainte Hilaire 94170. Sur l’une des deux lettres anonymes encadrées de croix gammées, ont lit “SALE JUIFS DE BATARDS HITLER VAINCRA” et sur l’autre: “APRES CRETEIL C EST VOUS BANDE BATARDS QUI ALLEZ BRULER DANS LE QUARTIER”. Le dirigeant de la communauté a déposé plainte”, a dénoncé l’organisation juive dans un communiqué.
“Nous demandons aux services de police de tout mettre en œuvre pour identifier le ou les auteurs de ces courriers antisémites. Nous demandons au Préfet de prendre des mesures de nature à faire surveiller et protéger les sites de la communauté juive de La Varenne menacée d’incendie. Le ou les auteurs de ces courriers malveillants, font un sinistre rapprochement avec l’épicerie (Destock) de Créteil qui a été détruite par le feu le 9 janvier 2018 (jour anniversaire de l’attentat contre l’Hyper Cacher), parce qu’elle vendait des produits Cashers. 
Décidément nous devons admettre que  la haine antijuive ne faiblit pas malgré toutes les mesures prises par les pouvoirs publics. Le BNVCA recommande à tout témoin, toute victime d’un acte antisémite de l’alerter en appelant sur la ligne rouge 0663883029 ou en cliquant sur lesite BNVCA.ORG. Le BNVCA a chargé son conseil Charles Baccouche de déposer plainte contre X”, poursuit le communiqué.

Les chiffres donnent raison à Trump : l’immigration musulmane est une malédiction....


Le dernier rapport du Département de la sécurité intérieure laisse peu de place à l’interprétation : 73 % des terroristes condamnés par les Etats-Unis sont nés à l’étranger.

Je l’expliquais dans un article récent, la gauche, donc les journalistes, ont une haine maladive pour la vérité. Ils inventent des dogmes qui ne dépendent pas des faits, mais de leur vision abstraite, déconnectée du réel. Ainsi ont-ils décidé que l’immigration, toute immigration, n’importe quelle immigration, sans le moindre contrôle, est une chance. Cette décision pourtant arbitraire est devenue pour eux une loi qu’il est interdit de remettre en question. En fait, il est même interdit de poser la question, et de demander en quoi l’immigration est une chance.
Le simple fait de réfléchir au problème fait de vous un raciste– le retour du bolchevisme et de la police politique est au coin de la rue.
Depuis que j’ai embrassé ce métier et que j’observe les journalistes avec honnêteté et le recul qui s’impose, j’ai maintenant compris– je le disais dans mon précédent article et vous me verrez souvent le répéter– que ce sont des marginaux. Des marginaux à qui l’on a confié de puissants porte-voix pour remplacer l’opinion du grand public, mais des marginaux néanmoins. Leur point de vue n’est partagé que par un minuscule groupe, à des années-lumière du bon sens et de la raison. Au mépris de la réalité.
Ainsi, les organismes fédéraux américains ont publié ce mardi 16 janvier un rapport qui met en lumière le nombre d’immigrants arrêtés et condamnés aux États-Unis pour des activités liées au terrorisme au cours de la dernière décennie et demie. Et le verdict donne des frissons : l’immigration musulmane est une malédiction.
Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

L’immigration mine la sécurité nationale

Le rapport, publié par le département de la Justice (DOJ) et la Sécurité intérieure (DHS), révèle que :
  • Les tribunaux fédéraux américains ont condamné 549 personnes pour des faits de terrorisme international entre le 11 septembre 2001 et le 31 décembre 2016.
  • Près des trois quarts des accusés sont nés à l’étranger.
  • 148 d’entre eux sont des citoyens américains naturalisés.
Le procureur général Jeff Sessions et la secrétaire d’État à la Sécurité nationale Kirstjen Nielsen ont tous deux déclaré que le rapport mettait en évidence la nécessité d’une réforme rigoureuse de l’immigration.
Ce rapport révèle une réalité incontestablement inquiétante qu’hélas vous en France vivez au quotidien : « notre système d’immigration a miné notre sécurité nationale et publique », a déclaré M. Sessions dans un communiqué de presse.
M. Nielsen a ajouté que le rapport est révélateur des préoccupations actuelles et futures en matière de sécurité :
 » Ce rapport nous rappelle clairement pourquoi nous ne pouvons pas continuer à nous fier à la politique d’immigration fondée sur une pensée antérieure aux événements du 11 septembre qui nous rend tristement vulnérables aux terroristes nés à l’étranger, et pourquoi nous devons examiner nos lois sur les visas et continuer d’intensifier le filtrage et l’examen des personnes qui se rendent aux États-Unis, pour empêcher les terroristes, les criminels et d’autres personnes dangereuses d’atteindre notre pays. Sans changement législatif, le DHS continuera de voir des milliers de terroristes tenter chaque année d’entrer aux États-Unis, et même si nous devons avoir raison à chaque fois, les terroristes n’ont besoin d’être chanceux qu’une seule fois.
Et vous en France, que fait votre gouvernement, concrètement, pour filtrer et empêcher les terroristes, les criminels et les personnes dangereuses d’entrer dans votre pays ?
Le rapport poursuit :
  • Depuis le 11 septembre 2001, les agents de l’Immigration and Customs Enforcement(ICE) ont expulsé un peu plus de 1 700 immigrants américains représentant des « préoccupations en matière de sécurité nationale ».
  • Au cours de l’année 2017, le DHS a surveillé 2 554 personnes figurant sur la liste de surveillance des terroristes qui se rendaient aux États-Unis. 335 ont tenté d’entrer par voie terrestre, 2 170 par voie aérienne, et 49 par voie maritime.
Dans une entrevue avec CBS This Morning, Nielsen a déclaré que le pays doit « continuer d’améliorer notre sélection et notre contrôle, mais aussi vérifier continuellement certains résidents légaux ».
Nielsen a raison : selon un rapport de l’Institut Cato datant de 2016, plus de trois fois plus de personnes ont été tuées dans des attentats terroristes perpétrés entre 2001 et 2015 par des personnes musulmanes nées aux États-Unis que par des personnes nées à l’étranger.

Les questions qu’il ne faut pas poser

Au fond du problème réside un dysfonctionnement psychanalytique : vos gouvernements européens, votre gouvernement français, s’intéressent plus au bien-être des étrangers qu’au votre, qu’à celui de leurs ressortissants nationaux. Ils dépensent votre argent, celui des contribuables qui les ont mis au pouvoir, dans des programmes qui ne sont pas destinés à vous profiter, mais à profiter à d’autres, à des étrangers, des réfugiés, des illégaux qui ont violé les lois du pays qui va leur donner de l’argent, et vont se retourner contre vous.
Au 19e siècle, au début du 20e siècle, l’immigration était le résultat d’un phénomène économique et sécuritaire : on fuyait les zones ravagées par la guerre ou la misère vers des contrées porteuses d’espoir. Et c’était très bien ainsi. Le plus formidable exemple est les Etats-Unis, mais aussi l’Europe.
Cette réalité sur laquelle s’appuient les « no-border » pour défendre les bienfaits de l’immigration n’existe plus. Ces hypocrites évitent de le dire, mais l’immigration est totalement pervertie par les aides sociales généreuses et gratuites : les gens ne migrent plus pour travailler, mais pour être payés à ne rien faire, (bien) logés, (bien) soignés, (bien) entretenus gratuitement.
Les aides sociales ne permettent plus de trier entre les fainéants, les profiteurs, les voyous– probablement une écrasante majorité compte tenu de la nature humaine – et ceux qui fuient la mort et que toute personne habitée d’humanité doit avoir à cœur de recueillir– temporairement.
  • Comment justifier l’immigration économique lorsqu’un pays n’a pas assez de travail pour sa propre population ?
  • Comment les mêmes économistes qui expliquent que l’automation va remplacer des millions d’emplois peu qualifiés, peuvent-ils nous rebattre les oreilles que l’immigration de personnes peu qualifiées va sauver le pays de la déroute sans être contredits par des journalistes ? Ah oui, j’oubliais presque que les journalistes ont un gros problème avec la réalité.
  • Comment justifier l’arrivée de centaines de milliers de jeunes maghrébins– car les Norvégiens, les Canadiens et les Américains ne sont pas ceux qui veulent vivre en France– quand la France ne sait pas donner de travail à 25% de sa jeunesse ?
  • Comment ignorer que les terroristes sont presque tous des musulmans, et qu’il convient de leur appliquer un contrôle extrêmement strict et prudent à l’entrée ?
Gare à vous, si vous posez ces questions. Car l’immigration est une chance et vous n’êtes pas autorisé à douter.
Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.
Source : http://www.newsweek.com/dhs-terrorism-immigrants-report-national-security-782520

Un Apartheid Arabe Cible les Palestiniens par Khaled Abu Toameh ....


  • Les Palestiniens affirment que ce à quoi ils font face en Irak équivaut à du « nettoyage ethnique ». La nouvelle loi irakienne prive les résidents palestiniens de la gratuité de l'éducation, des soins de santé et de passeports. Il leur est également interdit de travailler dans l'administration.
  • La situation faite aux Palestiniens dans les pays arabes n'intéresse personne. Les grands médias se moquent de la crise provoquée par la nouvelle loi irakienne et de l'exode de milliers de familles palestiniennes. Pour les journalistes, rien n'a d'intérêt hormis une poignée de Palestiniens lanceurs de cailloux près de Ramallah. Une Palestinienne qui gifle un soldat israélien focalise les caméras plus facilement que l'apartheid arabe contre les Palestiniens.
  • Quant aux dirigeants palestiniens, ils sont bien trop occupés à souffler le feu contre Israël et Trump pour se préoccuper du traitement que les pays arabes réservent à leur peuple.
  • Une nouvelle loi irakienne, récemment ratifiée par le président irakien Fuad Masum, a aboli les droits des Palestiniens (éducation gratuite, soins de santé, documents de voyage, possibilité d'occuper des postes administratifs). De quasi nationaux, ils sont devenus des étrangers. Sur la photo: Le président irakien Fuad Masum (à droite) rencontre le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (à gauche) le 30 novembre 2015. (Source de l'image: Capture d'écran vidéo, Bureau de Mahmoud Abbas)
    L'Irak a ajouté son nom à la longue liste des pays arabes qui pratiquent un honteux apartheid contre les Palestiniens. Le nombre de pays arabes qui discriminent les Palestiniens tout en affirmant soutenir leur cause est à couper le souffle. L'hypocrisie arabe s'affiche sans vergogne, mais qui s'en soucie ?
    Les médias internationaux – mais aussi Palestiniens – sont bien trop préoccupés par les annonces du président américain Donald Trump concernant Jérusalem pour consacrer une ligne au sort des Palestiniens dans les pays arabes. Forts de cette impunité médiatique, les gouvernements arabes ont toute latitude pour promouvoir des politiques anti-palestiniennes. Quant à l'ONU, elle aussi est bien trop occupée à condamner Israël pour s'intéresser à autre chose.
    Qu'est-il arrivé aux Palestiniens d'Irak ? Il y a huit jours, une nouvelle loi a aboli leurs droits pour en faire des étrangers.

Liste noire : le mouvement BDS commence à paniquer.......


La semaine dernière, le ministère des affaires stratégiques dirigé par le ministre Gilad Erdan a publié une "liste noire" d'une vingtaine d'organisations menant des opérations de boycott contre Israël, et interdit l'entrée à leurs membres dans l'état juif.

Inclus dans la liste sont les groupes BDS en Europe, aux Etats-Unis, au Chili et en Afrique du Sud.
L'organisation Lev HaOlam travaille contre le mouvement du boycott en soutenant les producteurs de Judée et Samarie et en surveillant de près les actions des groupes BDS à travers le monde. Lors d'un récent examen de plusieurs sources publiquement disponibles sur des groupes de boycott tels que des sites internet, des pages Facebook et autres, Lev HaOlam a constaté que beaucoup de groupes étaient très inquiets et amers suite à la décision israélienne.

Parmi les groupes sur la liste diffusée par le ministre Erdan figure le groupe américain "Jewish Voice for Peace", qui a joué un rôle majeur dans la campagne BDS et a même été nommé parmi les 10 premiers groupes anti-israéliens par l'Anti-Defamation League.

Kemal Hawwash, un activiste connu du BDS en Angleterre, qui doit également être interdit d'entrer en Israël, a écrit sur son blog personnel que lui et le chef de Jewish Voice for Peace, Rebecca Vilkomerson, ont été "durement frappés par l'interdiction… 

D'abord, moi pour l'instant et Rebecca potentiellement sommes incapables de nous rendre en Israël et dans les territoires pour montrer notre solidarité avec les palestiniens." Il a ajouté qu'il espère que le "régime israélien" sera "relégué aux poubelles de l'histoire".

Le groupe Musulmans Américains pour la Palestine (AMP) a écrit sur sa page Facebook que l'interdiction est une "attaque contre la liberté d'expression".

Le site "Middle East Eye", identifié avec une perspective pro-arabe, a publié une tribune dans laquelle l'auteur, une figure centrale du mouvement BDS, a écrit que "le but d'Israël est de cacher les crimes de guerre" et a décrit la décision du ministre Erdan comme une "intimidation et violation du droit à la liberté d'expression et de mouvement."

La page Facebook du groupe AFPS basé en France contenait un message décrivant le geste comme une "menace sérieuse à la liberté de pensée et d'accès à la Palestine occupée." Une autre organisation française a écrit : "nous ne pourrons pas atteindre l'organisation de jeunesse avec laquelle nous collaborons en Cisjordanie (mot utilisé par certains pour décrire la Judée Samarie).

 Nous ne serons pas capables de coordonner des projets… C'est la manière dont Israël nous réduit au silence."

Le groupe Friends of Al Aqsa (FOA) a écrit à propos de la liste noire, disant : "la liste noire montre clairement jusqu’où Israël est prêt à aller pour étouffer la voix légitime de la dissidence… les préoccupations immédiates sont les implications pour ceux qui souhaitent voyager dans le 'saint sanctuaire d'al Aqsa'." Plus loin, le groupe affirme que la véritable raison de l'interdiction est de réduire le nombre de visiteurs qui soutiennent les palestiniens et al Aqsa. 

Plusieurs commentaires (maintenant supprimés) sur le post Facebook appelaient à l'incitation, dont un disant "oubliez les signatures, récupérez vos armes, il est temps d'agir."

L'organisation irlandaise ISPC a appelé l'Union Européenne à condamner l'initiative d'Israël et couper les liens : "le régime d'apartheid veut arrêter nos collègues… effrayant, triste, anti-démocratique."

L'avocat Nati Rom, PDG de l'organisation Lev HaOlam, a déclaré : "nous sommes ravis et nous nous félicitons de la décision du ministre Erdan d'adopter une position ferme. C'est une autre étape vers l'arrêt des groupes qui visent à nuire à Israël. En lisant les commentaires sur les sites internet et les réseaux sociaux de ces groupes, nous avons vu de nombreux commentaires antisémites de leurs partisans et même de l'incitation à la violence. 

La récente initiative du ministre Erdan a conduit ces groupes à montrer leur vrai visage et ne fait que renforcer la nécessité de refuser l'entrée de ces personnes dans le pays. Leur indignation et leur inquiétude montrent que le ministre Erdan exerce des pressions au bon endroit."

"J'appelle tous les citoyens d'Israël pour qui l'avenir économique du pays est important à se joindre à notre lutte contre le boycott et à soutenir les producteurs locaux en Israël en général, et en Judée et Samarie en particulier. Ils boycottent, on achète. C'est la réponse la plus efficace à BDS."

Des savons et produits de beauté, à base de graisses animales interdites....


  • entete2
  • Des savons et produits de beauté, à base de graisses animales interdites.

    Halakha N°1

    Des savons de graisses animales interdites.
    Il est permis de se laver avec un savon ou un shampoing à base de graisses animales interdites.
    Il est permis de laver la vaisselle avec un détergent à base de graisses animales interdites.

    Références : Séfer Vayikra/ Lévitique chapitre 7 verset 24, Séfer Dévarim / Deutéronome chapitre 12 verset 16, Talmoud Babli Guémara Yoma 77a au nom de Rabbénou Tam, Rabbi Yossef Karo z.t.l  dans Bédek Habayit siman 84 Nétiv 15 Ot 26, Rabbi Yoël Sirkiss z.t.l  dans le Baït Hadach Sof siman 116 et siman 117, Rabbi Haïm Yossef David Azoulay z.t.l dans son Responsa Mah’zik Bérakha section Orah Haïm siman 614, Rabbi Éphraïm Navon z.t.l  de Turquie dans son Responsa  Mahané Éphraïm sur le Rambam chapitre 8 Méhalakhot Assourot Halakha 15, Rabbi David Bistrits dans son séfer Bet David section Yoré Déâ siman 117 Saïf katan 23, Rabbi Yéhyiel Mickal Halévy Epstein z.t.l dans son séfer Âroukh Hachoul’han section Yoré Déâ siman 117 Saïf Katan 29, Rabbi Ovadia Yossef ​z.t.l. ​dans Yéhavé Daât Volume 4 Siman 43, Rabbi Yona Achkanazi Chlita dans son séfer Issour Véheter Klall 39 siman 34, Rabbi Abraham David Zelmann Leïb Horowitz ​z.t.l. ​dans le Responsa Kinyan Torah volume 1 siman 77 Ot 2. Rabbi Yossef Chaoul HaLévy Nétanzon ​z.t.l. ​dans son Responsa Choèl Ouméchiv Mahadoura 3 volume 2 Siman 146

    Halakha N°2
    Certains Achkanazim sont plus stricts, et suggèrent qu’il est préférable de se procurer du savon Kacher ou qu’il ne soit pas à base de graisses animales interdites.
    Références  Rabbi Israël Méïr HaCohen Kagan  z.t.l  dans Biour Halakha siman 326 Saïf 10

    Produits de beauté, à base de graisses animales interdites.
    Il est permis d’utiliser les produits de beauté, qui n’ont pas de label de Cacherout à base de graisses animales interdites, excepté le rouge à lèvres, il est préférable d’utiliser ceux mentionnés dans la liste du Beth Din de votre ville.
    On ne doit pas autoriser l’application d’une graisse animale interdite à l’état pur, sauf pour guérir ou soulager un malade.
    Références Talmoud Babli Guémara Yoma 77a au nom de Rabbénou Tam, Rabbi Moché Ben Maimon dans le Rambam Hilkhot Maakhalot Assourot siman 14, Rabbi Yossef Karo z.t.l dans le Choul’han Âroukh section Yoré Déâ  Halakhot Taârovot chapitre 103, Rabbi Ovadia Yossef ​z.t.l. ​dans Yéhavé Daât Volume 4 Siman 43, Rabbi Ovadia Yossef  z.t.l.dans Yabiâ Omer volume 1 Siman 32, Rabbi Moché Feinstein ​z.t.l. ​dans son Responsa Iguérot Moché section Yoré Déâ  Volume 2 Siman 30, responsa Maâyan Omer volume 3 page 50, Rabbi Aba Chaoul z.t.l dans Or Létsiyone volume 3 chapitre 8 Saïf 6, Rabbi Chlomo Zelmann Oyrbakh z.t.l dans Halikhot Chlomo page 76.

    Aphorisme de nos sages

    Le principal ingrédient pour toute bonne cuisine familiale est l’amour

Par le mérite des Tsadikim, qu’Hachem protège tout le Âm Israël, Amen

  •  Hiloulot 1 Shvat
    ��Rabbi Avraham Yehuda Farbstein z.t.l, né en 1917, décédé en 1997, Rosh Yeshiva de Yeshivat Hevron. Le père du Rav Farbstein était l’un des fondateurs de Bnei Braq et était à la tête de son premier conseil municipal. Dans sa jeunesse, Reb Avraham Yehuda a étudié dans la Yeshiva de Hevron et la Yeshiva de Mir en Europe. Il a enseigné dans la Yeshiva de Hevron pendant 50 ans.
    ��Rabbi Moché Chick z.t.l, le Maharam Chick né en 1807, décédé en 1879. Son « nom de famille » a été créé par sa famille en réponse à une demande des agences gouvernementales ; c’est un acrostiche pour « Shem Yehudi Kodesh ». Il a étudié avec le ‘Hatam Sofer de 1821 à 1827 à Pressburg. Il lutta contre le mouvement conservateur et fit appelle aux Orthodoxes d’organiser des communautés distinctes, qui se réalisa en 1868. Son responsa « Chout Maharam Chick » contient 1000 responsas. Il a également écrit des livres de drachot et ‘hiddouchim sur la Torah.
    ��Rabbi Moché Yé’hiel HaLevi z.t.l d’Oz’rov, décédé en 1971. Auteur de 2 œuvres monumentales, Aish Daas, composé de 11 volumes, et Be’er Moshe, 12 volumes sur Chumasah et Tanach. Chaque volume contenait au moins 500 pages, plus de 10 000 pages au total. 2 biographies ont été écrites à son sujet, « Balabas Aish » et « Les Aish Daas d’Ozerov ». Rav Moshe Yechiel z.t.l a été succédé par son beau-fils, Rav Tanchum Binyamin Becker z.t.l.
    ��Rabbi Nota de Chelm z.t.l, le Neta Shaahuim, décédé en 1812
    ��Rabbi Binyamin Rabinowitz z.t.l, Haver Beth Din de l’Eida Hareidis, décédé en 2002.
    ��Rebbetzin Menucha Ettel Nekritz, né en 1914 à Bialystock, décédé en 2006, petite-fille de l’Alter de Novardok z.t.l, et fille du Rav Avraham Yaffen z.t.l, le Rosh Yeshiva de Novardok en Pologne. Elle a été nommée d’après la mère de Rav Chaim Shmuelevitz z.t.l. Elle épousa Rav Yehuda Leib Nekritz z.t.l en 1935.
    *Allumez une bougie et par le mérite des Tsadikim, qu’Hachem protège tout le Âm Israël Amen

Refoua Chelema et Réusite

  • Toutes les Halakhot sont dédiées à la protection et à la Réfoua Chéléma de tout le peuple d’Israël Amen et en particulier
    • mon épouse Sarah bat Fortuné,
    • Rabbi Haïm Chalom ben Bedra Chlita,
    • Haim Eliézer Ben Tilah
    • Anael bat Chlomo
    • Simha bat Julie Ghezala
    • Rav Shlomo ben Sarah
    Amen

Léilouy Nichmat

  • De tous les défunts du âm Israël et en particulier
    • Sarah Bat Rosa z.t.l.
    • Georges Yitshak Ben Hénéna ouben Chlomo z.t.l.
    • Gérard Guerchon Ben Yitshak
    • Fortuné Bat Camille Camouna
    • Rabbi Yossef Haïm Sitruk Chlita ben Emma, z.t.l.
    • Léon Yéhouda ben Rahel véElichä z.t.l
    • Lidia Soufir z.l.
    • Ephraim ben yehouda et Alice
  • Soutenir la diffusion de la Torah en France, au  Canada et en Israël.

    Merci grâce a vous des milliers de personnes lisent ces halakhot, Merci.

    Vous pouvez dédier des Halakhot

    • pour une personne chère
    • Pour la guérison
    • Pour l’élévation de l’âme
    • Pour les enfants
    • Pour la réussite Matériel
    • Pour aider à trouver son conjoint

    �� Sympa les amis �� de faire un don ��

    Merci !!!

" LA JUSTE ROUTE " : COMMENT LES SURVIVANTS DE LA SHOAH SONT RENTRÉS CHEZ EUX...B.A.

Ce bouleversant film hongrois raconte le retour, en 1945, de deux juifs rescapés dans leur village. A voir absolument. Août 1945. U...